mercredi 19 janvier 2011

Das rote Gras, le chainon manquant...

Un allemand à Paris, on n'en fera pas une chanson... et pourtant, c'est sûrement aussi romantique qu'un "englishman in New-York" ! C'est ce qui est arrivé à Karsten Hochapfel (un cauchemar de prononciation pour beaucoup de français) quand il a décroché une bourse d'étudiant et filé à Paris pour s'empresser de la dépenser dans des études de musique. Issu de la mouvance munichoise de Wanja Slavin avec lequel il enregistre le fabuleux "Scirocco", il tente, comme d'autres, de relier les deux mondes en Allemagne et en France. Il fonde le groupe "das rote Gras"... Le casting franco-allemand est le signe le plus flagrant de cette volonté. Mais enfin, du côté artistique, il s'agit bien du croisement de plusieurs cultures entre la musique classique et les musiques improvisées. L'improvisation est bien là, apparait au milieu d'arrangements à tiroirs, décrivant des mondes changeants et colorés. L'écoute du disque "Zipotam" de "das rote Gras" donne l'impression d'une promenade drôle et rafraichissante, faites de jingles et de collages, et après plusieurs écoutes, il reste encore des surprises, comme à l'épluchage d'un oignon dont l'effet serait hilarant. On se réjouit des interventions du multi-intrumentiste et compositeur Karsten Hochapfel et de Sylvaine Hélary à la flûte, mais aussi du son incroyable de Daniel Glatzel (chroniqué ailleurs dans ces colonnes) au saxophone ténor...
Si des croisements et des rencontres inattendues produisent de la créativité, nous en avons ici un modèle. Espérons juste que ce "laboratoire" n'en restera pas là !


Get Gigs
Quantcast

jeudi 6 janvier 2011

Miles Perkin et les jeux de devinettes

Miles Perkin
Pour contrebalancer le pessimisme de ce début d'année, plusieurs choses positives : la qualité toujours grandissante de la programmation des clubs, la qualité toujours grandissante des productions "made in multiculti Berlin" et je m'empresse d'illustrer mon propos par un extrait de cet album auto produit de Miles Perkin, que j'écoute en boucle. Oui, LE Miles Perkin contrebassiste canadien, qui joue dans le Peter Van Huffel Quartet et qui cherche un label pour son album de folie enregistré avec Tom Arthurs, Benoit Delbecq et Thom Gossage. Mais il ne s'agit pas de ca, l'extrait concerne un album paru en 2008 et qui s'appelle "Common Thread - The guessing game". Plusieurs multi instrumentistes font parti du personnel canadien de l'album, donc, le premier jeu est de savoir qui joue de quoi... Il faut savoir que Miles passe son temps à tapoter, grignoter, frotter, soufflotter les cordes de sa basse avec toute sorte d'instruments contondants ou non et ça, c'est déroutant. Ensuite harpe, dobro, pedal steel, mandoline, banjo, tout ca ne fait pas souvent partie de la panoplie du jazzeux... Cadre, pas cadre, structure, pas structure, convention, pas convention, les mots sont bien difficiles à choisir pour expliquer des choses que je trouve tout simplement touchantes et très belles. Pulsant et créatif, cet enregistrement, reçu des mains de l'artiste "tiens, tu écouteras ca à l'occasion..." est une perle que je ne me lasse pas d'écouter.

tilidom file storage

mercredi 5 janvier 2011

La bonne année, la bonne année, la bonne année

A tous, je souhaite une excellente année, pleine de réussite. Au jazz à Berlin, je souhaite des subventions qui ne ressemble pas à une aumone, un grand public fidèle pour les concerts et toujours plus de musique créative !
Bonne année 2011 !